Conseils de plantation

Période de plantation:

La plantation s’effectue quand l’arbre est en dormance: c’est à dire à partir du moment où l’arbre a perdu ses feuilles et avant qu’il ne commence à démarrer au printemps. En fonction des espèces cette période s’étend de début Novembre à fin Février. Il est conseillé de planter sur un sol ressuyé (sol non gorgé d’eau).

Plantation:

La taille du trou de plantation doit être légèrement supérieure à l’envergure des racines déployées. Il n’est pas nécessaire de faire un trou trop grand. Il faut adapter le trou de plantation au système racinaire. Au fond du trou, il est bienvenu de décompacter le fond du trou avec une fourche bêche pour faciliter le déploiement des racines en profondeur. On positionne ensuite l’arbre dans le trou quelques centimètres au-dessus des dernières racines supérieurs. En général on voit un changement de couleur sur le tronc qui correspond à l’interface air-terre (lorsqu’il était en pépinière). C’est à cette profondeur qu’il faut le positionner. Le point de greffe ne doit pas être enterré sauf considérations spécifiques. On place ensuite éventuellement un tuteur pour tenir l’arbre les premières années de sa vie. On remplit l’interstice des racines avec de la terre fine émiettée. Les racines doivent garder leurs ports naturels et ne doivent pas remonter ou tourner sur les bords du trou. Les racines doivent être en contact de la terre fine sans grosses poches d’air. C’est pour cela qu’il est conseillé de planter sur un sol ressuyé afin de pouvoir effriter la terre. Une fois le trou rebouché, on tasse légèrement à l’aide du pied sans mettre tout son poids.

Pralinage:

Praliner les racines consiste à tremper les racines dans un mélange équilibré d’argile, d’eau et de bouse de vache. Ce mélange doit être assez visqueux pour bien coller aux racines. Le pralinage permet de faire un manchon protecteur autour des racines. Il va limiter le dessèchement des racines, le temps que la terre « collent » aux racines par l’action de la pluie, des vers de terre … Le pralinage est une bonne pratique. Elle est facultative si l’on plante à l’automne, période où les pluies sont normalement nombreuses et rapprochées. Si l’on plante en fin d’hiver, praliner est important. Cela permet d’anticiper des périodes sèches plus longues avant la reprise des racines.

Fumure, fertilisation et paillage:

Il est bien de nourrir l’arbre. Une pelle de fumier ou du compost est la bienvenue au moment de la plantation. Cette matière doit être mise en surface une fois le trou rebouché pas au fond du trou. Vers de terre et autres habitants du sol vont se charger du reste. Par-dessus le compost/fumier ajouter un paillage organique (paille, foin, feuilles, broyat de bois …) est optimal. Cela permet de limiter la pousse de l’herbe, de nourrir le sol, de garder l’humidité, de limiter les stress … Ce paillage a l’inconvénient de favoriser la présence des campagnols qui raffolent des racines de pommiers. Attention donc dans les zones infestées.

Arrosage:

Si l’arbre peut se débrouiller sans eau dans la plupart des cas, lui apporter de l’eau pendant l’été les premières années, permet une meilleure implantation et développement. Un arrosoir toutes les 2 semaines, voire tous les 10 jours peut servir de base. Il convient bien sûr d’adapter ce conseil très général à votre sol, votre climat et à l’espèce.

Taille de formation:

A la plantation l’arbre peut être rabattu ou non en fonction de la conduite (la forme) que l’on souhaite lui donner. Rabattre un arbre consiste à couper le tronc à la hauteur où l’on souhaite voir apparaître les charpentières. Un arbre rabattu aura un forme que l’on appelle gobelet (forme de vase). La hauteur du rabattage se fait généralement entre mi-cuisse et la hauteur de la poitrine. On peut aussi ne pas rabattre et laisser l’arbre en forme libre. Si l’on souhaite cette forme, il convient de mettre un grand et solide tuteur (~environ 2.5m enfoncé de 50 cm) et de bien arroser la première année.

Reprise après la plantation :

Afin d’assurer la meilleure reprise possible, nous vendons des scions racines nues. – Un scion est un arbre greffé dont la pousse a un an. Un arbre planté jeune a une meilleure reprise qu’un arbre âgé déjà formé. Le scion va rapidement rattraper et dépasser l’arbre plus âgé. Des racines nues (par opposition au pot) permettent également une meilleure reprise. Premièrement, l’arbre est élevé  dans les mêmes conditions que quand il sera planté dans votre jardin: dans de la vraie terre. De plus, les racines ont pu s’épanouir pleinement et harmonieusement sans chignoner (tourner) dans un pot.   

Bonne plantation !